La Cryolipolyse consiste à détruire la graisse par le froid, de manière non invasive (pas de chirurgie, pas d’anesthésie, pas d’aiguille, pas d’effraction cutanée et donc pas de cicatrices). Elle est efficace et sécurisée pour venir à bout des amas graisseux localisés résistants aux régimes et à l’activité physique, que ce soit chez les hommes ou les femmes, mais l’efficacité de la Cryolipolyse est plus limitée que celle d’une véritable liposuccion.

La CRYOLIPOLYSE

La cryolipolyse, comment ça marche ?

La cryolipolyse s’appuie sur un principe simple connu de longue date : la graisse est plus sensible que les autres tissus à une exposition au froid. La technique de cryolipolyse combine une aspiration, à l’aide d’une pièce à main qui fonctionne comme une ventouse, et une absorption de chaleur au niveau de la peau en contact avec une plaque dite de Peltier. La graisse accumulée est éliminée tout en produisant de la chaleur et sans résidu..

crylipolyse 1

Aspiration du bourrelet et des cellules graisseuses

cryolipolyse 2

Le froid contrôlé détruit les graisses

La graisse est éliminée, le bourrelet disparaît

Le bourrelet est totalement éliminé.

Quelles parties du corps sont concernées  ? 

La cryolipolyse permet de traiter toutes les zones du corps présentant un bourrelet graisseux localisé.

Par contre, certaines zones ont de meilleurs résultats :
  • Abdomen
  •  Les poignées d’amour
  •  La culotte de cheval
zones cryolipolyse

Efficacité de la cryolipolyse :

Les résultats sont visibles dès la première séance et sont évolutifs sur une période de trois mois le temps nécessaire à l’organisme d’évacuer les graisses détruites par les voies naturelles. Les résultats sont définitifs après 3 mois.

Au bout de 1 mois on évalue les effets du traitement et c’est à l’issue de ce contrôle que l’on décide s’il est nécessaire ou pas de renouveler la séance. En fonction de l’épaisseur de la graisse et des résultats attendus il faut compter généralement entre 1 et 2 séances.

Le succès de l’intervention dépendra de la quantité de graisse, de la facilité d’aspiration, mais également de la susceptibilité de la graisse à l’exposition au froid, impossible à évaluer au départ.

La quantité de graisse ne doit pas être trop faible (<2cm) pour que le différentiel soit significatif, ni trop importante (>6cm) pour pouvoir être utile. Le profil de patient idéal est celui ayant du mal à perdre le gras de certaines zones malgré un régime adapté et une activité sportive.

La cryolipolyse doit elle être pratiquée par un médecin ?

 La technique de la cryolipolyse n’est pas exclusivement réservée au corps médical. Aucune loi n’interdit une esthéticienne ou un kinésithérapeute de pratiquer la cryolipolyse.

Contre-indications :

  •  Grossesse ou allaitement
  •  Fièvre et processus infectieux aigu
  •  Diabète mal contrôlé avec des complications secondaires
  •  Processus infectieux chronique avec morbidité associée (VIH, VHC, etc.)
  •  Insuffisance de fonctionnement de certains organes (grave maladie du foie, insuffisance
  • cardiaque, rénale, etc.)
  •  Lésions cutanées actives dans la zone à traiter.
  •  Hernie inguinale ou ombilicale dans le traitement de l’abdomen.
  •  Troubles de la vascularisation cutanée (Syndrome de Raynaud, cryoglobulinémie, urticaire
  • liée au froid, …).
  •  Anticoagulation mal équilibrée
  •  Hypoprotéinémie
  •  Maladies systémiques avec affections cutanées : lupus érythémateux disséminé,
  • dermatomyosite, sclérodermie
  •  Néoplasie évolutive.

Précautions à prendre après votre séance :

• Bien s’hydrater (8 à 10 verres d’eau par jour et thé vert) durant le processus d’élimination.

• Pratiquer une activité physique (marche rapide, …) dès que possible et régulièrement.

• Avoir une bonne hygiène de vie, notamment au niveau nutritionnel.

• Ne pas appliquer de cosmétique (crème, pommade…) dans la zone à traiter les 24H qui précèdent le traitement (risque de réaction allergique croisée avec le froid ou le gel, altération épidermique, moins bonne pénétration du traitement par création d’une membrane protectrice entre l’épiderme et le gel…)

• Eviter la consommation d’alcool, durant le processus de drainage car cela augmente la lipogenèse.

• Eviter les séances de sauna, hammam, Jacuzzi, dans les 7 jours qui suivent le traitement afin d’éviter une hypervasularisation cutané pouvant majorer les hématomes et la douleur.

• Pas de traitement esthétique par laser ou lumière pulsée dans la zone 15 jours avant le traitement, ni dans les 15 jours suivant le traitement.

• Limitez l’exposition des zones traitées aux rayons UV pendant 7J. L’exposition aux rayons UV des zones inflammatoires (soleil et cabine de bronzage) est l’une des causes d’hyperpigmentation les plus courantes et augmente le risque et la durée de l’HPPI.

• Ne pas traiter les zones avec vergetures récentes (couleur rouge en général) ou cicatrices récentes (césarienne, laparotomie) de moins de 1 an, du fait du risque d’aggravation.

• Il est conseillé d’associer des traitements de type drainant, en particulier au niveau des membres inférieurs.

 Effets secondaires et indésirables :

• Douleurs dues aux phénomènes d’aspiration en début de séance qui cessent généralement par l’engourdissement au froid.

• Douleurs lors du massage de la zone traitée pouvant persister plusieurs minutes

• Zone traitée légèrement douloureuse pendant une durée de 7 à 10 jours.

• Aspect inflammatoire de la peau (érythème, gonflement, sensation de chaleur) pouvant persister 24 h environ.

• Ecchymoses et hématome par effet suçon peuvent persister une semaine sur la zone traitée

• Une panniculite au froid c’est-à-dire une induration douloureuse de la graisse peut se produire c’est un signe d’efficacité du traitement mais cela peut durer 3 à 4 semaines : il faudra masser avec une crème anti-inflammatoire type Voltarène

• Des paresthésies peuvent être ressentis régressant spontanément dans 100% des cas en 4 à 8 semaines.